LES CHANTIERS ARCHÉOLOGIE
& PATRIMOINE
L'ASEPAM a démarré dans les années 1980 puis 1990 une longue série de chantiers de jeunes.

Ces chantiers sont axés sur les fouilles archéologiques, la recherche scientifique, la restauration et la reconstitution d'ouvrages anciens.
 
Mené en partenariat avec l’Université de Haute-Alsace et plusieurs laboratoires de recherche français et allemand, le chantier Archéologie & Patrimoine enquête sur l’histoire du premier district filonien argentifère de France.
A travers ce chantier, l'ASEPAM souhaite aussi regrouper des jeunes d'âge et nationalités divers et permettre des échanges autant au point de vue du savoir et savoir-faire que culturel et social.
En savoir plus...

Cette année, l'Asepam lance une nouvelle campagne de fouilles archéologiques à Sainte-Marie-aux-Mines, sur la thématique de l'extraction minière et de la métallurgie au Moyen-Age. Elle ouvre son chantier à une vingtaine de bénévoles, de préférence ayant une expérience en archéologie. Renseignements
Demande d'inscription
Joindre CV + lettre de motivation
 
 


Gisements de patrimoine archéologique
35 ans de Chantiers Archéologiques
     
Monuments historiques à part entière, les mines du Val d’Argent représentent un patrimoine qui, aux débuts de l’Asepam, ressemblait plus à un terrain en friche qu’à autre chose. Quant à l’histoire des exploitations minières de Sainte-Marie-aux-Mines, du 10ème au 20ème siècle ainsi que les techniques utilisées à différentes périodes par les mineurs, ils demeuraient encore obscurs aux yeux des spéléologues.
La valorisation de ce patrimoine dans la vallée de Sainte-Marie-aux-Mines devait s’accompagner d’une enquête archéologique sur le terrain, pour faire toute la lumière sur ces mines d’un autre âge et représentant un réservoir fantastique de recherche archéologique. Preuve en est, plus de 20 années de fouilles n’ont pas suffi à tarir le sujet ! Depuis 1983, sous l’impulsion de chercheurs émérites comme Pierre Fluck ou Bruno Ancel, et depuis 2001 en partenariat avec l’Inrap (Institut National de Recherches en Archéologie Préventive) et le PAIR (Pôle Archéologique Interdépartemental Rhénan), l’Asepam a organisé plus d'une vingtaine de Chantiers dans le cadre de ces fouilles archéologiques programmées dans le Val d’Argent.
 

Chaque année en été, entre 25 et 50 fouilleurs jeunes et moins jeunes, de toutes nationalités, se relayent sur les sites miniers, évacuent des dizaines de mètre cube de déblais, étudient des vestiges datant du 16ème, du 15ème voire du 10ème siècle : entrée de mine et réseau minier abritant souvent des infrastructures en bois (voie de roulage, boisage de puits) encore en place, carreau minier et ateliers de transformation du minerai, laveries, fonderies, etc… Leur intervention s’applique à la prospection géophysique, au décombrage et à la fouille sensible des sites, au levés topographiques, au traitement du mobilier archéologique (tessons, carreaux de poêle…), aux aménagements, reconstitutions et travaux d’entretien de la mine Saint-Louis ou du sentier minier adjacent…

Les Chantiers organisés par l’Asepam bénéficient du soutien du Ministère de la Culture, du Ministère de la Jeunesse et des Sports, du conseil général du Haut-Rhin et des collectivités locales. Certains de ces chantiers ont revêtu le label européen « Campus du patrimoine ». En 1991 et en 1994, l’Asepam obtint même le prix national du concours des chantiers de bénévoles.

     
Ces années de fouilles archéologiques et de chantiers laissent derrière elles un bilan éloquent : par le nombre d’opérations réalisées, par les aménagements effectués dans la mine Saint-Louis (la reconstitution de l’entrée de la mine avec un décombrage intégral sur 15 mètres de longueur, par exemple, ou l’étude de la circulation de l’air dans la mine), par les tonnes de déblais évacués le plus souvent à la pelle, par le large champ d’investigations historiques que la fouille de nombreux sites miniers a pu ouvrir. Actuellement, un programme pluriannuel de fouilles archéologiques lancé en 2006 est en cours et concerne principalement le Moyen-Age, un nouveau champ d'étude à défricher et qui a déjà permis aux archéologues de démontrer qu'il y a eu exploitation continue des mines du 10e au 18e siècle. Récemment, une fouille a même livré des élements en bois datés de l'époque romaine. Les mines auraient-elles des ramifications aussi profondes ? A suivre...
 
 
Les chantiers de l’Asepam sont ouverts à toute personne âgée de 18 ans et plus et représentent, pour les participants, un important moment de rencontre, d’échanges, et de convivialité autour du patrimoine minier.